Costantino Quaglieri

L' ouvrier anarchiste Costantino Quaglieri décéda le 12 février 1895 , trois jours avant son vingt-deuxième anniversaire alors qu' il était détenu à la prison Regina Coeli à Rome. Selon la version officielle de la Préfecture de police le jeune homme décéda pour " étranglement volontaire " , mais immédiatement de nombreuses personnes soupçonnèrent un meurtre par la police.

Vie privée
Costantino était né le 15 de février de 1873 à Arpino , à l' époque dans la province de Terra di Lavoro ( également appelée de Caserte ) , actuellement dans la province de Frosinone , fils de Domenico et Vincenza Loreta Vallucci. Il n' était membre d' aucun groupe politique et , en plus de travailler comme ouvrier , il était étudiant à l' Istituto di Belle Arti ( Institut des Beaux-Arts ) , l' actuelle Accademia di Belle Arti ( Académie des Beaux-Arts ) de Rome , où régulièrement on lui décernèrent des prix à la fin de l' année académique.

Les protestations de la fin des années 1800
À la fin du dix-neuvième siècle , les classes subalternes subissaient une grave détresse due au chômage , à l' augmentation des prix et à la hausse des impôts. Les socialistes , les anarchistes et les républicains organisèrent des manifestations à travers l' Italie , durement réprimées. En 1882 Andrea Costa fut le premier socialiste à être élu à la Chambre des députés , en 1892 fut fondé le Parti socialiste italien et en 1895 le Parti républicain italien.

Les bombes de 1893
Au cours des premiers mois de 1893 , plus d' une douzaine d' attentats à la bombe eurent lieu dans le centre de Rome , dont un dans la nuit du 13 au 14 février , devant la villa du sénateur de droite Corrado Tommasi Crudeli , en via Balbo ( voir nouvelle sur Il Messaggero et sur L'Osservatore romano ) , et une autre le 20 février devant la maison du député socialiste Enrico Ferri en via Cavour , 57 ( voir nouvelle sur Il Messaggero ). Après quelques jours , le 23 février , la police arrêta sept anarchistes : Umberto Pagliai , Emilio Pocorni , Michele Pulcini , Cesare Bensi , Domenico Fedeli , Raul Santiangeli et Gualtiero De Angelis ( voir nouvelle sur L'Osservatore romano ). Les sept furent accusés de huit explosions qui se produisirent à partir du 22 janvier. Plus tard furent arrêtés Carlo Celli , Temistocle Monticelli , Giovanni Forbicini , Umberto Mancini , Alceo Latini , Giuseppe Innocenzi , Tito Lubrano , Giacomo Moretti, Ernesto Emiliani , Luigi Zecchini , Casimiro Chiocchini , Edoardo Orazi , Giuseppe Del Bravo , Filippo Troia , Vincenzo Vittorio Orazi , Adriano Vincenzoni et Emilio Paolini.

Le procès de Palerme
À partir de la fin de 1893 , les conditions de vie très dures des classes subalternes de la Sicile générèrent les mouvements des Fasci dei lavoratori ( Faisceaux des travailleurs ) animés par des ouvriers agricoles , mineurs de soufre , ouvriers et mineurs , inspirés par les idées socialistes , et qui subirent une répression sanglante par le gouvernement du sicilien Francesco Crispi. Après la répression , on mit en scène un procès contre les chefs de l' émeute , qui commença le 7 avril 1894 devant la première section du Tribunal militaire de guerre de Palerme en via del Parlamento, 32 ( voir la plaque ). Le verdict , prononcé le 30 mai 1894 , condamna le député socialiste de Catane Giuseppe de Felice Giuffrida à 18 ans de prison pour conspiration contre les pouvoirs de l' État et incitation à la guerre civile. Rosario Garibaldi Bosco , Nicola Barbato et Bernardino Verro furent condamnés à 12 ans , Giacomo Montalto à 10 ans et trois autres accusés eurent des condamnations entre 2 et 5 ans.
Le verdict très dur suscita des manifestations de solidarité et de protestation dans toute l' Italie. Furent également accomplis de nombreux attentats à la bombe qui déclenchèrent de nouvelles arrestations qui , faute de véritables indices de culpabilité , touchèrent des personnes déjà connues par la Préfecture de police , telles que des anarchistes , des socialistes et des républicains.
Le gouvernement Crispi introduisit des mesures répressives sévères pour contrer la vague de manifestations populaires , y compris l' assignation à résidence , instaurée par la loi n. 316 du 19 juillet 1894 , imposée à des sujets " jugés dangereux pour la sécurité publique ", qui forçaient les condamnés à rester jusqu' à trois ans dans des lieux éloignés de leur domicile et souvent très lointains ( par exemple les îles de Lipari ou de Ponza ) étant privés de tout moyen de subsistance. L' assignation à résidence était décidée par une commission provinciale qui , pour " des graves raisons de sécurité publique " , pouvait également délibérer sur l' arrestation préventive de la personne proposée pour la mesure restrictive.

Les bombes de 1894
Dans la nuit du 31 mai 1894 , deux bombes explosèrent au ministère de la Guerre ( actuellement ministre de la Défense ) à via Firenze , à l' angle de via XX settembre , et au ministère de la Justice , à l' époque au palais Odescalchi , à l'angle entre vicolo del Divino Amore et piazza Borghese , près du palais de Montecitorio ( siège du Parlement ) , sans provoquer de dommages aux personnes et avec peu de dégâts matériels ( voir nouvelle sur L'Osservatore romano ). Pour ces attentats du 1er juin , la police arrêta Giovanni Forbicini , Giovanni Del Bravo , Umberto Faina et Costantino Ghiglieri ( en réalité, il était probablement Quaglieri ). Les enquêtes furent menées par le délégué de police ( commissaire ) Poli , le tristement célèbre chef de la police politique de la Préfecture de police , dirigée par le commandeur Siro Sironi.

La mort à Regina Coeli
La séquence des événements qui amena Quaglieri à sa mort commença lorsque son ami et collègue de travail Giovanni Forbicini (1874-1955) , un leader anarchiste d' origine romagnole l' appela comme témoin à décharge , car il était sous enquête pour l' explosion des deux bombes de février 1893 chez Tommasi Crudeli et Ferri. Forbicini avait été deferé a la commission provinciale d’assignation à résidence qui , à la fin de la procédure , l’ avait acquitté , tel comme le même Quaglieri. Après six mois de détention , le tristement célèbre " livre noir " de la Préfecture de police rapporta laconiquement la nouvelle de la mort de Costantino. Selon la version officielle entre 11h00 et 12h00, Quaglieri avait été retrouvé pendu aux barreaux de la fenêtre de sa cellule , la numéro 4 du corps intermédiaire de Regina Coeli , avec une serviette jointe à un foulard. Il avait été secouru et allongé sur sa planche , mais il cessa de vivre peu de temps après.

La presse
Le journal " Per la libertà " du 14 février 1895 , racontant l' histoire de Costantino Quaglieri , fit crédit à la thèse du suicide avec une serviette , étant Costantino "impressionné par sa propre dépérissement physique et par son abattement moral " que même sa mère avait remarqué lorsqu' elle lui avait rendu visite en prison. De toute façon le journal imputait la faute du suicide au harcèlement subi en prison et concluait la brève nouvelle en écrivant : "Au délégué du Roi , meurtrier des plus vulgaires , la malédiction de tous les honnêtes gens ".
Même le journal du Vatican L'Osservatore Romano rapporta brièvement la nouvelle , attribuant la mort au suicide , survenu pour des raisons inconnues , tandis que le journal de Rome Il Messaggero rapporta la nouvelle de la morts en titrant : "L'impiccato a Regina Coeli - Una vittima della polizia" ( " Le pendu à Regina Coeli - Une victime de la police " ). Le journal rapportait les rumeurs qui auraient justifié la thèse d' un meurtre par la police , comme le montré le titre , et promit un examen plus approfondi des faits.

Avanti!
Un peu plus de deux ans plus tard , le 20 mai 1897 , le journal socialiste Avanti! reprit l' affaire , qui n' avait pu être traitée à l' époque , étant donné que le premier numéro du journal fut publié le 25 décembre 1896. Avec un entrefilet le journal mit fortement en doute l 'hypothèse du suicide , en concomitance avec les controverses et les enquêtes sur la mort du charpentier socialiste de Jesi Romeo Frezzi ( voir ma page sur lui ) tué par les policiers à la prison de San Michele a Ripa à Rome. Avanti! expliquait que la mère de Quaglieri avait fait la navette entre la prison et la morgue pendant deux jours pour voir le corps de son fils , mais elle n' avait pas été autorisée , ils ne lui avaient pas communiqué si l'autopsie avait été faite , ni par qui , ni encore moins son résultat. De plus , d' après la Préfecture de police, Quaglieri aurait écrit avec son sang sur le mur de sa cellule : " Mi ammazzo , addio ! " ( " Je me tue , adieu ! " ) , mais ils n' avaient pas permis à sa mère même de voir l' inscription. D' après le journal , le motif du meurtre était la vengeance du délégué Poli contre Quaglieri , pour avoir défendu Giovanni Forbicini , lui fournissant un alibi crédible , étant donné que le même Quaglieri était très sèrieux. De toute façon , peu de temps après la mort du jeune homme , Poli avait été transféré (Avanti!, 20 mai 1897, page 3). Quatre jours plus tard Avanti! publia un nouveau rappel à l'affaire Quaglieri , avec plus de détails , réitérant les doutes sur le suicide présumé et confirmant la thèse de la vengeance (Avanti!, 24 mai 1897, page 2).

Le suicide improbable
D' après Il Messaggero du 13 février , la veille de sa mort , Quaglieri avait rencontré sa mère et ses sœurs Francesca et Cecilia , auxquelles il était apparu calme et ne donnant aucun soupçon de découragement pouvant le conduire au suicide. Costantino déclarait à sa mère que " lors de sa libération , il aurait voulu effacer par tant de bisous et de caresses le sillon de larmes creusé par son arrestation ". Au dela de ça , Costantino savait que sa famille avait besoin de son aide matérielle et ne l' aurait pas privée de son soutien.

Les frères de Costantino
Dans le registre de la prison Regina Coeli à Rome , au numéro 10648 , un frère de Costantino , Ettore Quaglieri , est enregistré en entrée le 14 septembre 1894 à 6h20. Il était né à Arpino en 1879 , donc il avait quinze ans , il vivait à Rome en viale Margherita, 20 , il était serrurier , non propriétaire et catholique , il avait été arrêté la veille pour violation des articles 258 et 263 du Code pénal. L' article 258 punissait ceux qui dépensaient ou mettaient de toute façon en circulation de la fausse monnaie. L' article 263 égalisait à la monnaie les cartes de crédit publiques , en particulier celles ayant cours légal en tant que monnaie , les coupons d' obligations au porteur avec statut de titres négociables et tous les autres certificats ayant cours légal ou certificats commerciaux émis par des institutions autorisées à les émettre. Ettore avait été condamné à quatre mois et vingt jours d' emprisonnement le 17 mai 1893 , y compris la période déjà purgée du 21 avril au 21 mai 1893 , et avait été remis aux Carabinieri le 14 octobre 1894 pour purger le reste de sa peine dans le prison de Frascati. L' indulgence du verdict suggère qu' Ettore avait reçu la fausse monnaie de bonne foi ( peine jusqu' à six mois selon l' article 258 ) et non de manière dolosive ( peine de 1 à 7 ans ou de 3 à 10 ans dans les cas plus graves).
Une autre fiche du registre , sans numéro , concerne le même Ettore , avec la même date d' arrestation du 13 septembre et la même date d' entrée en prison , mais à 20h00 au lieu de 06h20 , avec domicile encore à Viale Margherita , mais au numéro 300 au lieu du 20 , avec l' accusation de " dépense de faux billets " au lieu d' indiquer les articles du Code pénal.
Un autre frère de Costantino qui apparaît dans les registres de la prison de Regina Coeli est Cicerone , né en 1880 , habitant en Viale Margherita 306 , peintre de métier ( à Rome , ce terme signifie également peintre en bâtiment ) , arrêté le 2 décembre 1894 , donc à l' âge de quatorze ans , pour vol et deux jours plus tard , il entra à Regina Coeli. Le garçon fut libéré le 12 décembre de la même année pour non-lieu à poursuivre , sur ordre du procureur du roi.

Similitudes
Costantino Quaglieri décéda alors qu' il était détenu par les forces de l'ordre , comme il arriva deux ans plus tard à Romeo Frezzi , en 1901 au régicide anarchiste Gaetano Bresci ( voir ma page web sur lui ) , en 1903 au marin sicilien Giacomo D'Angelo ( ma page Web sur lui est en construction ), en 1930 au jeune communiste calabrais Rocco Pugliese ( voir ma page web sur lui ) , et au cheminot anarchiste Giuseppe Pinelli , jeté d' une fenêtre de la Préfecture de police de Milan le 16 décembre 1969.
Dans le cas de Costantino Quaglieri , aucune enquête n' avait apparemment été ouverte , aucun policier n' avait été enquêté , les noms des gardes impliqués ne furent même pas publiés , il ne fut transféré que le délégué Poli.

Mémoire
Costantino Quaglieri fut enterré le 13 février dans le " nouveau secteur " du cimetière de Campo Verano de Rome. Dix ans après sa mort , le 19 février 1905 , son corps fut incinéré et l' urne avec ses cendres , pùortant le numéro 1137 , fut transportée par ses camarades au dépôt des urnes funéraires , situé à l' intérieur du même cimetière , où Michele Pulcini pour la socialistes , P. Gibertoni pour les républicains et Giovanni Forbicini pour les anarchistes prononcèrent des discours. La mère de Costantino était présente et remercia avec vive émotion les participants.
Un groupe socialiste-anarchiste des quartiers de Borgo-Prati fut nommé d' après Constantino. Le groupe , selon un rapport de la préfecture , existait déjà en mars 1906. Le groupe " Costantino Quaglieri " présenta au Congrès anarchiste italien à Rome les 16 et 20 juin 1907 la motion “ Gli anarchici e il movimento antimilitarista ” ( " Les anarchistes et le mouvement anti-militariste ") , et publia un article du même titre dans le journal « Il Pensiero » ( « La Pensée » ) du 1
er juillet 1907. Le groupe , le 17 février 1907 , 307e anniversaire du meurtre de Giordano Bruno , prit soin de la publication du numéro unique " Per Giordano Bruno : la parola dei liberi " ( " Pour Giordano Bruno : la parole aux libres " ) ( lien ).
En outre , le groupe participa aux manifestations contre la visite du tsar Nicolas II en Italie et , avec d' autres , signa le document “ Contro la venuta dello zar ” ( « Contre la venue du tsar » ). L'empereur , vu le risque élevé d' émeutes dues aux protestations des citoyens romains, se trouva contraint de renoncer à la visite de la capitale et arriva en train depuis la France , accueilli par le roi Victor-Emmanuel III. Le 23 octobre 1909 , les deux souverains atteignirent ensemble le château de Racconigi près de Turin , où ils signèrent un traité bilatéral.

Les nouvelles que j' ai de Costantino Quaglieri et de sa mort sont sommaires et fragmentaires.
Je serais très reconnaissant à quiconque connaît d' autres faits , histoires , témoignages à son sujet ou qui est en possession de ses photographies ou portraits , s' ils pourraient me les envoyer à :
andgad@tiscali.it

BIBLIOGRAPHIE:
AdS - Archivio di Stato di Roma - succursale di via Galla Placidia - Fondo "Carceri giudiziarie romane (1870-1929)". BP54 et BP57.
BADON Cristina (2018) Gli anarchici romani nella crisi di fine XIX secolo: una storia da riscoprire. Storia e Futuro, Numéro 48, décembre 2018.
lien
BISCIONE Francesco Maria (1987) De Felice Giuffrida, Giuseppe. Dizionario Biografico degli Italiani - Volume 33. lien
CODICE PENALE per il Regno d'Italia. Stamperia Reale, Roma, 1889. Pubblicato a cura dell'Università degli Studi di Brescia, Facoltà di Giurisprudenza.
DA PASSANO Mario (2005) Il «delitto di Regina Cœli». Diritto e Storia, n.4 - In memoriam - Da Passano
lien
FORBICINI Giovanni (1910) Memorie di uno sciagurato. Libreria Editrice Libertaria, Roma.
GRELLA Pasquale (1987) Appunti per la storia del movimento anarchico romano dalle origini al 1946. De Vittoria, Roma
IL MESSAGGERO Collection numérique de la Biblioteca Nazionale Centrale di Roma.
LISANTI Francesco (2014) Apologia di Gaetano Bresci. Booktime, Milano.
PER LA LIBERTÀ (1895) anno I, n. 6, 14 febbraio 1895, pag.4.

Sites web consultés :
Anarchopaedia - article "Giovanni Forbicini" - lien
Wikipedia - article "Giovanni Forbicini" - lien
Biblioteca Libertaria Armando Borghi - lien
Giovanni Forbicini (vida y obra) - lien
Il libro del passato - lien
Isole nella rete - lien
Per Giordano Bruno - Biblioteca Franco Serantini - lien
Biblioteca digitalizzata del Senato della Repubblica (Avanti!) - lien
Collection numérique de périodiques de la Biblioteca Nazionale Centrale di Roma (Il Messaggero)
Collection numérique de périodiques de la Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea di Roma (La Domenica del Corriere)
Collection numérique de périodiques de la Biblioteca della Pontificia Università Gregoriana (L'Osservatore Romano)

Archives consultés :
Archivio di Stato di Roma - succursale di via Galla Placidia
Biblioteca Nazionale Centrale di Roma
Biblioteca di Storia Moderna e Contemporanea di Roma
Biblioteca della Fondazione Lelio e Lisli Basso - Roma (Per la Libertà)
Biblioteca Centrale Giuridica - Roma
Biblioteca Comunale Guglielmo Marconi - Roma

Je m'excuse por mes erreurs dans la traduction en français : si vous voulez
communiquer avec moi pour corrections et/ou commentaires,
clickez ici

page créée le : 23 juin 2020 et mise à jour le : 14 août 2020