Le massacre des Fosses Ardéatines

Le 24 mars 1944 à Rome , le SS nazi ont massacré 335 personnes , dans les carrières Ardéatines , depuis lors nommées Fosses Ardéatines , en représailles à une action de guerre menée par les partisans contre une patrouille de soldats allemands à via Rasella , dans le centre-ville. Ce sont les faits bruts , les nazis ont tué un grand nombre de personnes , d' une balle dans la nuque , un par un , puis ils ont fait écrouler les carrières , quatre jours plus tard , pour dissimuler leur crime , tout comme un vulgaire assassin qui tente de cacher la cadavre de sa victime pour éviter d'être découvert.
De cet exemple linéaire d' obtuse brutalité nazie ( nazie , pas allemande , s' il vous plaît ) , a été engendré un bouche à oreille continu et incessant , qui a commencé immédiatement après le massacre , une platitude idiote et ignorante , souvent aussi malhonnête , repandue chez beaucoup de gens , selon laquelle il faudrait inculper les Partisans pour le massacre , parce qu' ils auraient dû se constituer prisonniers devant la police nazie , en obéissant à un présumé ultimatum , et ils auraient ainsi évité le massacre.
Ceux qui répandent ce mensonge ne savent probablement pas que , entre l' attaque de Via Rasella et le massacre des Fosses Ardéatines sont passées moins de 24 heures , dont la plupart sous couvre-feu , qu' il n' y a pas eu aucun appel aux responsables pour se constituer prisonniers , ni aucune menace de représailles si les coupables ne s' auraient rendus , comme aussi clairement admis par les mêmes criminels nazis pendant leur procès. Le massacre avait été décidé à l'avance , et aurait eu lieu même si les partisans qui avaient mené l' attaque s' auraient constitués prisonniers.
Le journal du Rome " Il Messaggero " ainsi rapporta la nouvelle le 25 de mars de 1944 , le lendemain du massacre : " L' après-midi du 23 de mars de 1944 , des sujets criminels ont mené une attaque sur une colonne de la police allemande en passant par via Rasella ( ... ) le haut commandement allemand est déterminé à réprimer les activités de ces scélérats bandits et a donc ordonné que pour chaque allemand tué , dix criminels communistes partisans de Badoglio seront fusillés. L' ordre a déjà été exécuté ".
S' il ne fût pas tragique , le contraste entre " seront fusillés " et " a déjà été exécutée " serait ridicule , et il explique clairement comment déjà le lendemain du massacre , les tristes laquais des nazis ( " Il Messaggero " n' était rien de différent à l' époque ) pouvait présenter un crime de guerre comme une juste punition pour un acte criminel.

Comment devrions-nous juger ceux qui , des décennies plus tard , sont tellement misérables d' essayer à tout prix d' excuser ceux qui ont commis un crime contre l' humanité , en essayant d' autre part de blâmer ceux qui ont défendu , au risque de leur propre vie , la liberté de leur pays , en rétablissant son honneur , qui avait été perdu pendant la dictature fasciste et la guerre ? Entre autres choses , les mêmes Alliés avaient demandé à plusieurs reprises aux italiens de se soulever contre les nazists et fascistes.
Le médecin légiste Attilio Ascarelli , qui avait effectué les autopsies aux martyrs des Fosses Ardéatines , leur permettant ainsi d' avoir une sépulture adéquate , malgré la tentative des nazis de dissimuler et détruire les cadavres , écrivit que l' attaque de Via Rasella : " a été l'explosion d'un état d' âme qui surgit nécessairement de l' atmosphère de haine , de peur et d' inhumaines et continues persécutions et provocation s" et définit le massacre des Fosses Ardéatines : " la cruelle satisfaction d' un bestial esprit de vengeance ".
(ASCARELLI)
Rome était seulement formellement une « ville ouverte » , mais elle était en effet sous l' occupation des nazis et des fascistes , qui effectuaient des continus ratissages et fusillades : comme le montre le fait que au Forte Bravetta , à l' époque du massacre des Fosses Ardéatines , plus de cinquante combattants anti-fascistes avaient été fusillés , presque tous pour « activités anti-allemandes ». En outre , le 16 octobre de 1943 , les nazis et les fascistes avaient saisi du ghetto de Rome « ville ouverte » 1.259 personnes , en ne déportant 1.014 vers les camps de concentration , d' où n' en retournèrent chez eux que seize , plus de 800 moururent dans les chambres à gas une semaine après la rafle. (SPIZZICHINO) Les citoyens romains réagirent à cette oppression sanglante par des actes licites de guerre , en exerçant le droit de se battre pour libérer leur propre pays d' une occupation étrangère et d' une dictature intérieure qui se maintenait seulement pour le soutien des occupants étrangers.

Par conséquent , l' attaque contre la colonne nazie a été un acte de guerre légitime , et les courageux italiens et italiennes qui l' ont réalisé , méritent entièrement les médailles militaires que leur ont été remises. Après l' attaque de via Rasella les nazis ont arrêté l' exécution des opérations militaires et ont cessé de masser des troupes à Rome , et en conséquence , les Alliés ont cessé de bombarder la ville, permettant ainsi d' épargner un grand nombre de vies humaines.
De toute façon , à Rome ont été placés beaucoup d' attaques armées contre les nazis et les fascistes , pas suivies par des représailles , et , d' autre part , de nombreux citoyens romains ont été arrêtés , déportés et assassinés , sans aucune " justification " das des représailles pour des actes de guerre. Qu'allons-nous faire donc avec ces individus méprisables qui définissent le massacre des Fosses Ardéatines comme des représailles « inévitables » ?
En 1965, Sergio Piperno Beer , à l' époque président de l' Union des communautés juives italiennes , inclut le massacre entre les crimes de la pire espèce , ceux perpétrés au nom d' une « justice » qui n' était qu' « un tragique narquois masque sur le visage d' un horde de criminels , qui , à la fin , étaient aussi préoccupés par le sort ultime d' eux-mêmes et de leurs abus ». Piperno ajouta : « aux Fosses Ardéatines on a pas vraiment voulu punir des prisonniers accusés de rébellion , mais plutôt terroriser toute la ville avec la démonstration impitoyable d' une domination incontestable et avec un nombre exorbitant d' " exécutés " »
(ASCARELLI)
Au-delà de ça , d' après Silverio Corvisieri , les nazis ont tenté d'accréditer le mensonge que les 335 victimes avaient déjà été condamnés à mort pour des actes de résistance , même avant l' attaque de Via Rasella, confirmant le fait que les représailles des Fosses Ardéatines furent été perçues même par le nazis comme quelque chose de démesuré et excessif.
Une fois rétablie la vérité historique , d' après laquelle on a pas eu aucun appel aux responsables de l' attaque de se constitués prisonniers , afin d' éviter des représailles , même parce que le temps très court rend cette hypothèse impossible , il ne faut pas oublier que vingt jours avant la rafle du Ghetto juif de Rome , cité ci-dessus , les nazis avaient forcé la communauté juive romaine ò délivrer une rançon de 50 kg d' or pour ne pas déporter les chefs des familles. Une fois que les nazis agrippèrent la rançon , cependant , ils déportèrent dans des camps de concentration , pas seulement les chefs des familles , mais tous les juifs qu' ils réussirent à capturer , y compris les bébés et les octogénaires. Et encore quelqu' un a le culot ( ou pire ) de raconter l' histoire des nazis gentlemen qui auraient correctement libérés les prisonniers à destination des Fosses Ardéatines , si seulement les auteurs de l' attentat de Via Rasella s' auraient constitués prisonniers !
Il convient aussi de rappeler l' avis envoyé par la SS aux familles des victimes des Fosses Ardéatines , avec lequel , plus d' un mois après le massacre , les parents furent informés du décès de leurs proches et furent invités en allemand à aller récupérer les effets de leurs proches dans la prison de via Tasso.

Reconnaissance
Je reste reconnaissant à ceux qui ont combattu dans la Resistenza à Rome , en réussissant , dans les faits , avec l' attaque de Via Rasella , à chasser les nazis de Rome , en éclairant à tout le monde que les Romains ne pouvaient pas supporter l' occupation des argousins nazis et de leur serviteurs fascistes.
Donc , mes vives remerciements vont à ceux qui ont exécuté ou collaboré à réaliser l' acte de guerre contre les nazis à via Rasella , c'est-à-dire
Rosario " Sasà " Bentivegna ( Paolo ) , Carla Capponi ( Elena ), Pasquale Balsamo , Mario Fiorentini ( Gandi ) , Lucia Ottobrini ( Maria ) , Marisa Musu ( Rosa ) , Franco Calamandrei ( Cola ) , Fernando Vitagliano , Raoul Falcioni , Carlo Salinari ( Spartaco ) , Silvio Serra , Francesco Curreli , Giulio Cortini , Laura Garroni , Duilio Grigioni , Ernesto Borghesi , qui ont combattu et risqué leur vie pour ma liberté , même si je n' étais pas encore né.

Merci aussi à Giaime Pintor , Bruno Buozzi et à tous les autres combattants antifascistes qui sont morts pour libérer l' Italie de la honte nazi-fasciste , et à Maria Teresa Regard ( Piera ) , Sandro Pertini , Adriano Ossicini , Maurizio Ferrara , Carlo Lizzani , Vasco Pratolini , Aldo Natoli , et tous les autres qui ont survécu et qui ont pu contribuer à construire l' Italie démocratique , même si aujourd'hui ce pays est lointain de celui qu' ils tous rêvaient dans ces années.

Qui étaient les victimes ?
Les 335 personnes assassinées aux Fosses Ardéatines étaient tous des hommes , âgés des 15 ans de Michele Di Veroli aux 74 de Mosè Di Consiglio , autant que 27 avaient moins de vingt ans , 113 de moins de trente. Ils furent tous arrêtés à Rome , mais un peu plus de la moitié d' entre eux ( 174 personnes ) étaient nés à Rome ou dans la province. Quant à leur appartenance politique , d' après ce qui est rapporté , 58 d' entre eux se référaient au Partito d'Azione ( Parti d' Action ) , 42 au Movimento Comunista d'Italia ( Mouvement Communiste d' Italie ) , un grand groupe de partisans communistes qui n se reconnaissaient dans le Parti Communiste central , et étaient connus sous le nom du journal q' ils publiaient , Bandiera Rossa ( Drapeau Rouge ). Trente des victimes appartenaient au Partito Comunista Italiano ( Parti Communiste Italien ) , tandis que 16 étaient membres du Parti socialiste italien , qui de 1943 à 1947 prit le nom de PSIUP , Partito Socialista Italiano di Unità Proletaria ( Parti Socialiste Italien d' Unité Prolétarienne ). Enfin 26 victimes étaient des membres du Comitato di Liberazione Nazionale ( Comité de Libération Nationale ) , une structure commune constituée par les principaux mouvements antifascistes.
Sous la sollicitation du commandant de la Gestapo à Rome , qui faisait pression pour avoir un grand nombre de juifs parmi les personnes destinées au massacre , 75 des victimes des Fosses Ardéatines étaient des juifs, tel que rapporté par le site web du Centre de Documentation Juive Contemporaine sur les victimes de la Shoah , auxquelles il faudrait ajoutér Aldo Finzi , un juif converti , anciennement fasciste et sous-secrétaire pour Mussolini , puis combattant de la Résistance. Beaucoup de juifs étaient aussi des combattants anti-fascistes.
Plusieurs martyrs des Fosses Ardéatines étaient des résidents de Via Rasella , ratissés dans l'immédiateté de l' attaque , comme si quelqu' un pourrait penser que quelqu' un allait organiser une attaque sous le fenêtres de chez eux , mais l' obtuse brutalité des nazis ne s' occupa de détails pareils. En fait , il semble que l' ordre initial était d'exterminer tous les habitants du quartier.
Parmi les martyrs des Fosses Ardéatines , 68 étaient des militaires ( 42 officiers , 9 sous-officiers et 17 soldats ); même parmi eux on comptait beaucoup de combattants anti-fascistes : 43 d' entre eux étaient membres du Front Militaire Clandestin , qui réunit les militaires que , après l' armistice n' avaient pas accepté de se joindre à la république fasciste , ni s' étaient débandés. À trente-six de victimes ( dont 24 militaires ) a été remise la médaille militaire d' or , tandis que à 10 d' entre eux a été remise la médaille d'argent. À l' Abbé Pietro Pappagallo , le seul prêtre parmi les victimes , a été remise la médaille d' or du mérite civil.
Les occupations des victimes du massacre étaient très différents : 91 étaient des commerçants ou employés dans le commerce , 51 artisans , 45 employés , 19 travailleurs ou assimilables , 21 exerçants une profession libérale , 12 agriculteurs ou journaliers , 9 étudiants , 6 entrepreneurs , 6 artistes , 5 enseignants.

Les coupables
Certains des italiens qui avaient travaillé pour procurer aux nazis les prisonniers à massacrer ( voir la liste de la police de Rome ) ont payé de leur vie dans la proximité immédiate de la Libération , d'autres ont réussi à s' infiltrer dans les replis du nouvel Etat démocratique et , par conséquent, ils se sont tirés d'affaire.
Quant aux nazis , un accord tacite entre les autorités allemandes et italiennes , à la fois infiltré par des anciens nazis et fascistes , a permis à la plupart des coupables du massacre des Fosses Ardéatines de ressortit comme décédés ou introuvables
(WIEGREFE) , tandis que seulement quelques-uns ont payé , très tard , entre autres choses. Un seul d' entre eux a purgé plus de trente ans de prison , jusqu' à ce qu' ils l' ont laissé échapper. Un autre a vécu libre en Argentine jusqu' à l'âge de quatre-vingt ( aucune des victimes a atteint cet âge ! ) , puis il a finalement obtenu une condamnation à perpétuité , mais en réjouissant de l' assignation à résidence.
Par conséquent , qui peut dire que le crime ne paie pas ?
À titre d' information , je précise que je n' ai pas volontairement rapporté aucune photo ni nom des tortionnaires des Fosses Ardéatines , parce que je pense qu' il n' y a pas besoin de publier les physionomies ou les noms de ceux qui ont commis un acte tellement horrible contre l' espèce humaine. La damnatio memoriae n' est probablement pas assez , mais il est mieux que rien , et je n' ai pas l' envie de salir mon site avec les visages et les noms d' assassins et tortionnaires , entre autres choses presque impunis.

Le Mémorial
Le lieu du massacre se trouve à Roma en Via Ardeatina 174 , a été transformé en un mémorial ou surgit aussi le mausolée des victimes du massacre , qu' on peut visiter à ces horaires : lun - ven 8h15 - 15h30 / sam - dim 8h15 - 16h30 , le musée peut être visité : lun - ven 8h15 - 15h15 / sam-dim 8h15 - 16h15. Mémorial et museé sont fermés : 1er janvier , Pâques , 1er mai , 15me août , Noël. Le telephon est +39 06 5136742 et l' adresse e-mail est info@mausoleofosseardeatine.it.
L' une des plaques à l'intérieur des galeries des carrières dit : «Fummo trucidati in questo luogo perché lottammo contro la tirannide interna per la libertà e contro lo straniero per l'indipendenza della Patria. Sognammo un'Italia libera, giusta, democratica. Il nostro sacrificio ed il nostro sangue ne siano la sementa ed il monito per le generazioni che verranno » ( « Nous avons étés trucidés ici parce que nous nous sommes battus contre la tyrannie intérieure pour la liberté et contre l' étranger pour l' indépendance de notre Patrie. Nous rêvions d' une Italie libre , juste , démocratique. Soyent notre sacrifice et notre sang la semence et l'avertissement aux générations à venir » ).

Pour conclure
Je vous invite à lire le livre d' Alessandro Portelli " L'ordine è stato già eseguito " , qui a raconté , d' une façon infiniment plus efficace et exhaustive de ce que je pourrais jamais faire , l' histoire de Via Rasella , des Fosses Ardéatines et de ce qui a suivi , y compris la tristement célèbre campagne contre les partisans , qui eut un sursaut à la fin des années 90 , à l'occasion du procès à un des massacreurs des Fosses Ardéatines , qui avait encore survécu.

Bibliographie :
AA.VV. (1978) Quaderni della Resistenza laziale, n. 8. Regione Lazio, Stilgraf, Roma.
ASCARELLI Attilio (1965) Le Fosse Ardeatine. Canesi, Roma.
CORVISIERI Silverio (2005) Bandiera rossa nella resistenza romana. Odradek, Roma.
D'AGUANNO Claudio (2004) Un magma resistente. www.fisicamente.net
lien
ORLANDI POSTI Orlando (2004) Roma '44. Le lettere dal carcere di via Tasso di un martire delle Fosse Ardeatine. Donzelli, Roma.
PORTELLI Alessandro (2012) L'ordine è già stato eseguito. Feltrinelli, Milano.
QUASSIA Piero (2013) 25 Aprile. Perchè non ricordare Cosimo Di Micco? Triggiano Democratica
lien
S.A. (2001) Montesacro e Valmelaina nei 9 mesi della occupazione nazista di Roma. www.storiaxxisecolo.it
lien
SPIZZICHINO Giancarlo (2012) La deportazione a Roma. in "Le leggi razziali e la persecuzione degli ebrei a Roma, 1938-1945". A cura di Silvia Haia Antonucci, Pierina Ferrara. Marco Folin, Manola Ida Venzo. MuMeLoc, Cerreto Guidi, Archivio Storico della Comunità Ebraica di Roma. lien
TROISIO Armando (2014) Roma sotto il terrore nazista. Castelvecchi, Roma.
WIEGREFE Klaus (2012) Unpunished Massacre in Italy: How Postwar Germany Let War Criminals Go Free. Der Spiegel OnLine International, January 19, 2012
lien

Liens :
Ada Holtzman Home Page lien
ANFIM - Associazione nazionale famiglie italiane martiri caduti per la libertà della patria lien
ANPI - Donne e Uomini della Resistenza lien
ANPI - Fosse Ardeatine
lien
Circolo Rosselli Milano lien
Comunità Ebraica di Roma
lien
Fondazione Centro di Documentazione Ebraica Contemporanea CDEC - Nomi della Shoah
lien
Holocaust Encyclopedia lien
Ministero della Difesa lien
Monumento ai Martiri delle Fosse Ardeatine lien
Resistenzaitaliana.it
lien
Storia e memoria di Bologna lien

Je m' excuse pour mes erreurs dans la traduction en français : si vous voulez communiquer
avec moi pour corrections et/ou commentaires, envoyez-moi un courriel à
andgad@alice.it.

  page créée le : 26 mars 2016 et mise à jour le : 21 octobre 2017