Aldo Eluisi

Aldo Eluisi était un anarchiste romain anti-fasciste , d'origine vénitienne , héros de la Première Guerre mondiale et de la Resistenza , la Résistance italienne contre le nazisme et le fascisme. Arrêté et torturé par les geôliers nazis , il ne rien révéla de ce qu' il savait à propos de l' organisation de groupes de la Resistenza. Le 24 de mars de 1944 , il fut assassiné aux Fosses Ardéatines , à l'âge de 45 ans , ensemble avec 334 autres martyrs. Dans la même année 1944 lui fut remise à titre posthume la médaille militaire d' or.

Sa vie
Aldo était né à Venise le 11 de septembre de 1898 , il était le fils de Romolo et Pasqua Marchetti , et à l'âge de trois ans , il se transférit avec sa famille à Rome en piazza Fiammetta , à Tor di Nona , dans les rione ( quartier ) Ponte , deux cents mètres de la Piazza Navona , mais au moment de sa mort, il résidait à via San Tommaso d'Aquino, 32, dans le quartier Trionfale. Il était un peintre en bâtiment , et son métier a été défini par différentes sources comme coloriste , vernisseur ou peintre. La définition de Aldo comme " artiste " dérive peut-être d' une interprétation erronée du terme « pittore » , qui en italien signifie « peintre » ( l' artiste ), mais dans le dialecte de Rome est utilisé principalement pour définir un peintre en bâtiment.
Aldo prit part à la Première Guerre mondiale en tant que volontaire , dans les troupes d'assaut , puis il se joignit aux Arditi ( " les audacieux " ) , un corps d' assaut d' élite , et en 1917, dans la période de la défaite de Caporetto , il s' engagea en actions particulièrement audacieuses , et fut cité à l'ordre et lui fut remise une médaille militaire de bronze. Après son congé , en 1919 , comme caporal-chef , il fut l' un des légionnaires ( voir sa carte d' adhérent ), qui accomplirent l' " exploit de Fiume " , l' occupation de la ville istrienne de Fiume/Rijeka par les milices nationalistes italiennes dirigeés par Gabriele D'Annunzio , qui se conclut en janvier de 1921.

De retour à Rome , il se dédia à l' activité d' organiser l' Association nationale des Arditi ( ANAI - Associazione Nazionale Arditi d'Italia ) , devenant l' une des personnages clés de la section romaine de Via Germanico, 271 , delaquelle à la mi-avril 1921 , il fut élu conseiller dans le nouveau comité d'action.
Quand il devint clair que les Arditi d' Italia s' étaient décidément ralliés contre les travailleurs , en soutenant le fascisme montant , et en participant à des attaques aux sections locales socialistes et aux coopératives de travailleurs, Aldo , ainsi que d' autres Arditi , pris ses distances avec l' association et promut la scission de l' aile gauche.

Les Arditi del Popolo
Le 6 de juillet de 1921 , le Comité de Défense Prolétarienne de Rome organisa la " Journée prolétarienne " , une manifestation contre les violences et les abus des fascistes , à laquelle prirent part des dizaines de milliers d' anti-fascistes. La manifestation quitta le Colisée , puis défila dans les rues du centre de Rome , entre charges de cavalerie et affrontements avec la police , et se termina à l' Orto Botanico ( Jardin botanique ). Environ trois mille Arditis anti-fasciste , y compris Aldo , prirent part au rassemblement , et défilèrent en ordre serré et armés et , comme ils arrivaient à l' Orto Botanico , officialisèrent la fondation des Arditi del Popolo ( Arditi du Peuple ), un corps armé d' autodéfense prolétarienne , sous la direction des lieutenants Argo Secondari et Ferrari et du sergent-major Dino Pierdominici , qui le 27 de juin avaient été élus au directoire de l' association. A la fin de la manifestation , de nouveaux affrontements eurent lieu entre les manifestants et la police , en particulier à via dei Serpenti et via degli Annibaldi , dans le quartier rione Monti ( voir le reportage de La Stampa , en italien ).
Le rassemblement à l' Orto Botanico fut cité par Lénine comme un exemple du gain de la majorité de la classe ouvrière par les communistes , une erreur d' appréciation en raison de l' information incomplète que le dirigeant soviétique avait des événements.
(Francescangeli)
Les Arditi del Popolo à l'été de 1921 comptaient environ 20.000 membres ( plus de 3.300 d'entre eux étaient à Rome ) et tinrent leur premier congrès à Rome , au siège du syndicat des travailleurs de bus, à via Orvieto , le 24 de juillet. (Francescangeli)

En automne 1921 , les Arditi del Popolo subirent des coups très durs par la répression du gouvernement Bonomi , et des bandes fascistes , qui étaient plutôt tolérés , ou même soutenue par la police. Le nombre de Arditi del Popolo se réduisit à un tiers , tandis qu' à Rome leurs rangs diminuèrent de la moitié. Le 8 de octobre de 1921 , la préfecture de police de Rome ordonna à Cencio Baldazzi , en tant que membre du directoire , de communiquer aux Arditi del Popolo leur dissolution , considérant depuis lors , qu' ils étaient une organisation criminelle. Faute de sièges , les Arditi del Popolo se réunissaient dans les sections des partis politiques ou dans des maisons privées : le recrutement de membres du bataillon du quartier rione Ponte eut lieu chez le militant républicain Bartolomeo Cavallini. (Gentili, 2009) À la fin de 1921 , le nombre des Arditi del Popolo avait été tellement réduite , qu' ils disparurent en 1922 , avec la prise du pouvoir par le fascisme.
Le déclin des Arditi del Popolo est également dû à l'hostilité des partis de gauche , comme le Parti socialiste , qui avait signé avec les fascistes un « accord de pacification » , et le Parti communiste d' Italie qui , sous la direction de Amadeo Bordiga , préférait confier aux escouades du parti la défense militaire des combat anti-fascistes , même si Antonio Gramsci , d' une manière plus clairvoyante , soutenait une plus grande ouverture vers les Arditi del Popolo , en les définissant : " la première tentative de revanche ouvrière contre les hordes réactionnaires " , tandis que Palmiro Togliatti , en 1935 , soutenait que les Arditi del Popolo avaient eu " une importance politique fondamentale " , en définissant le faute de soutien à eux comme " une grave erreur ".
(Gentili , 2009, pag. 147, 155, 156)
Aldo Eluisi prit également part à la fondation des escadrons antifascistes , en tant que commandant d' un des dix bataillons de la ville , ce du rione Ponte , avec Vincenzo (Cencio) Baldazzi du même age que lui , qui sera son compagnon de lutte pendant la Resistenza contre le nazi-fascisme.

La militance anti-fasciste
Au début des années 1920 Aldo Eluisi prit part à de nombreux affrontements avec les fascistes à Rome , et pour ça il fut à plusieurs reprises fiché par la préfecture de police de Rome. Il fut d'abord arrêté le 20 de août de 1921 et encore l' année suivante , " pour agressions contre des fascistes ". (Gentili, 2009, pag. 189). Son frère Bruno , de vingt ans plus jeune , raconte que Aldo était amené au poste de police à l'occasion d' événements quelconques , même minimaux , comme d' ailleurs arrivait à beaucoup d' autres anti-fascistes , et sa mère devait se précipiter là-bas pour essayer de le faire libérer. (Portelli)
Entre le 7 et le 11 de novembre de 1921 à l' Augusteo à Rome , se tint le congrès fondateur du parti national fasciste , et les bandes fascistes mirent en place leurs provocations et intimidations , y compris l' agression aux quartiers ouvriers anti-fascistes de San Lorenzo et Trionfale. La réaction des anti-fascistes romains et des habitants des quartiers fut très déterminé , faisant même usage d' armes. Le 9 de novembre Aldo , avec un groupe de camarades , en la place Zanardelli ( officiellement " piazza di Ponte Umberto I " ) , sur les quais du Tibre , à l' hauteur de la rue Zanardelli , près de chez soi , affronta les gardes royaux , puis les fascistes , la retraite desquels était protégé par les gardes , tandis que Baldazzi et d' autres profitaient de l' agitation pour cogner comme un sourd sur les fascistes
. (Portelli) Baldazzi décrit lui-même l'épisode dans son journal personnel :
" Tandis que les fascistes sont forcés de quitter Rome , poursuivi par nos troupes commandées par le camarade Aldo Eluisi [ ... ] et par notre intrépide camarade Gallinella [ ... ] , je suis rangé avec de nombreuses forces entre le pont Margherita et les quais du Tibre. La cavalerie des gardes royaux bloque la place Zanardelli afin d' empêcher la jonction entre les Arditi del Popolo qui ont été divisés. Soudain Eluisi jette un pétard qui tombe près du cordon de cavalerie , provoquant une débandade générale de chevaux et de cavaliers. Nous avons donc pu nous joindre à l' autre escouade , surmonter facilement le blocus des forces de sécurité , et être en mesure d' atteindre les fascistes et taper sur eux comme des sourds "
(Gentili, 2009).

Les évènement se déroulèrent à nouveau de la même manière le 21 de avril de 1922 , lors de la conférence fasciste régionale du Latium , et Aldo Eluisi se détacha pour son efficacité dans la lutte contre les fascistes. (Gentili, 2009) Les fascistes essayèrent de nouveau d' attaquer San Lorenzo le 24 mai 1922 , à l'occasion du retour des restes du héros de guerre Enrico Toti , sous la protection de l' armée et de la police , mais ils furent encore une fois repoussés avec perte par les anti-fascistes romains. (Francescangeli)
Le 28 d' octobre de 1922 , avec la " Marche sur Rome " , les fascistes prirent le pouvoir , déclenchant en plusieurs parties de l' Italie la reaction des anti-fascistes. Aux Castelli Romani , ( les " Châteaux romains " , une zone en colline dans les environ de Rome ) , comme rapporté par un inspecteur du parti fasciste romain , dépêché sur place , le 21 novembre 1922 , deux commandants de bataillon des Arditi del Popolo , venant de Rome , tirèrent contre des fascistes. Leur noms étaient Vincenzo Baldazzi et Arduino Aloisi , qui pourrait en fait être été Aldo Eluisi , vue sa proximité à Baldazzi. (Gentili, 2009, pag. 196)
Aldo fut arrêté à nouveau en novembre 1922 , au cours d'une vaste opération de la police romaine qui a conduisit à la capture de dizaines de militants et de syndicalistes anti-fascistes , et en particulier beaucoup d' Arditi del Popolo, Le 3 d' août de 1923 , sur la place Fiammetta , il fut attaqué par un groupe de fascistes et frappé par deux coups de couteau dans le dos. Le journal italo-américain " Il Risveglio " ( " Le Réveil " ) rapporte la nouvelle ( voir , en italien ) , tandis qu' un autre article , intitulé " Coups de couteau à ceux qui refusent l' obéissance " raconte : « La nuit dernière , une patrouille de milice qui ne semble très efficace dans sa tâche de maintenir l' ordre , est entrée dans la taverne Trattoria Masseroni en place Fiammetta ordonnant à tous de montrer leurs papiers. Quelqu' un a fait remarquer que si on va de chez soi à la taverne habituellement on prend pas le passeport [ ... ] . D' autant plus que les clients étaient tranquillement assis à boire sans troubler l' ordre public pour ça. Les miliciens ont voulu fouiller tous les présents , en dépit de leurs protestations. L' un d' eux , un certain Aldo Eluisi - semble avoir refusé de se soumettre à la prévarication et cela a déclenché une bagarre. Conclusion : Eluisi a reçu deux coups de couteau et est maintenant à l' hôpital. Permettez-nous d' observer que poignarder ceux qui refusent l' obéissance [ ... ] est au moins exagéré , et qu' un couteau ne semble pas la meilleure arme pour une milice qui prétend d' étaler le titre de " nationale " » (Gentili, 2009).
Avec la prise du pouvoir par le fascisme , Aldo poursuivit son combat de manière clandestine. En 1926 , avec Errico Malatesta , Cencio Baldazzi et Attilio Paolinelli il planifia une action pour libérer , le jour de son procès , Gino Lucetti , qui le 11 de septembre avait attenté à la vie de Mussolini , mais la police déjoua le plan et arrêta Baldazzi.
Eluisi fut arrêté en 1928 pour possession d' une arme à feu , et en 1930 , il fut accusé d' avoir provoqué " l' agitation parmi les Arditi " , et il fut sommé de ne pas mener des activités interdites près de la FNAI , l' association fasciste des Arditi. En 1931 , il fut contraint à se munir d' une carte d'identité
(Gentili, 2009, pag. 189). En dépit de sa position politique proche de l' anarchisme , il adhéra au Partito d'Azione , ( Parti d'action ), dont les dirigeants partageaient avec les anarchistes les idées anti-fascistes et anti-staliniens. Cette affinité devint plus forte au cours de la guerre d'Espagne.

Aldo Eluisi dans la Resistenza
Après l'armistice du 8 de septembre de 1943 , Aldo prit part aux premiers combats contre les nazis à Porta San Paolo , à Madonna del Riposo , sur la route Aurelia , et à San Giovanni , où , avec Cencio Baldazzi , Mario Chierici et Vittorio Butteroni , s' empara d' un camion d' armes , pour les distribuer aux combattants. A Porta San Paolo décéda Raffaele Persichetti , qui était lui aussi membre du Partito d'Azione , et qui habitait à deux cents mètres de Aldo , au corso Rinascimento ( voir la plaque ). Aldo prit part à la constitution d' un groupe local du mouvement " Giustizia e Libertà " ( Justice et Liberté ) , dirigé par Cencio Baldazzi , qui comptait dans ses rangs un nombreux groupe de partisans anarchistes , et agit en tant que commandant de bataillon du district du rione Ponte , avec le même rang d' un capitaine.
Poursuivi par un mandat d'arrêt depuis novembre 1943 , Aldo fut capturé par les fascistes , mais il réussit à échapper et à reprendre le combat. Le 2 de mars de 1944 , lors d'une réunion anti-fasciste , il tomba dans un piège tendu par un informateur ; Aldo l' attaqua , et essaya de fuir , mais il fut blessé et capturé par les SS quand il se trouva coincé dans une impasse , en via Leccesa , près de via di Ripetta.
Aldo fut arrêté par les argousins de la bande Koch , il fut torturé pendant 18 jours dans la pension Oltremare , en via Principe Amedeo 2 , ensuite en la prison de via Tasso , mais il ne jamais donna aucune information sur ses camarades. A via Tasso il partagea la même cellule avec Pilo Albertelli.
Sa belle-sœur , qui pouvait lui rendre visite parce qu' elle connaissait un des gardiens de prison , raconte qu' il avait toujours un drap qui couvrait ses mains , pour ne pas montrer que ses ongles avaient été arrachés et qu' il avait été pendu par ses bras ; il était aussi cogné dans sa poitrine avec les crosses des fusils.
(Portelli)
Aldo fut tué aux Fosses Ardéatines le 24 de mars de 1944 , son nom était le numéro 16 sur la liste rédigée par le préfet de police fasciste de Rome Caruso , dans laquelle les partisans de Giustizia e Libertà étaient aux premières places et Aldo était parmi ceux " à la disposition de la préfecture de police , arrêté pour des raisons politiques ". La famille de Aldo apprit sa mort quand , le lendemain matin , sa belle-sœur , se rendant à la prison pour lui rendre visite , fut renvoyé chez soi par le gardien de prison qu' elle connaissait , qui lui dit que Aldo avait été transféré dans la nuit , et , en guise de consolation partielle , la garde lui dit que , probablement , il n' avait pas souffert , parce qu' il était déjà à l' article de la mort pour les sévices qu' il avait subi. (Portelli)
Aldo Eluisi est enterré dans la tombe n° 182 du mausolée construit aux Fosses Ardéatines sur le site du massacre , avec les autres victimes.

La motivation de la médaille militaire d' or
En 1947 , sur proposition du comité local de l' Association nationale des partisans ( ANPI ) , fut décernée à Aldo , à titre posthume , la médaille militaire d' or , avec la suivante motivation : « Commandant d' un peloton des Arditi del Popolo , il combattit vaillamment à Porta San Paolo et à Madonna del Riposo , mettant l'ennemi en fuite. Poursuivi et arrêtés par les nazis et la police fasciste il réussit hardiment à échapper à la vigilance et à gagner la liberté pour reprendre sa place dans la lutte. Trahi par un lâche traître et surpris lors d' une rencontre avec d' autres partisans , après un dur combat , il fut immobilisé et bien qu' il fût blessé , il fut transporté dans la chambre de torture où commença son calvaire. Pendant dix-huit jours , il souffrit les tortures les plus brutales et les ravages de son corps ; il fut emmené aux Fosses Ardeatines où il rejoignit dans la mort les autres héros qui ont trempé de leur sang le sol qui est devenu sacré pour notre patrie. Fosses Ardéatines , le 24 de mars de 1944 ». ( lien )

Le caractère de Aldo Eluisi
Alberto Baldazzi dit de lui : " Il était un homme de peu de mots , mais il était un peu irritable , si un allemand le fixait du regard , il le rejoignait et le frappait ". En outre , son frère Bruno raconte : « ... il était comme ça. Ses amis disaient , on peut pas du tout aller au cinéma avec Aldo ! Parce que si à un certain moment , ils jouent l' hymne fasciste Giovinezza , tout le monde se leve et il ne se leve pas , ça suffit pour commencer une bagarre. ... Il n' y avait rien à faire , il ne pouvait tout simplement pas supporter la dictature , c' était tout. Parfois , il allait justement chercher les fascistes , il allait au café Aragno en via del Corso , il les poursuivait pour ce qu' ils lui avaient fait , ils l' avaient poignardé. » (Portelli)

En mémoire d' Aldo
Une rue de Rome a été nommé d'après Aldo Eluisi dans le quartier Tor de Cenci. Le 5 de mars de 1945 Aldo fut commémoré au cinéma Altieri , à l'initiative du Parti d' action. Le Cercle de " Giustizia e Libertà " de Rome ( lien ) , en via Andrea Doria , fondé en 1948, entre autres par Emilio Lussu et Cencio Baldazzi , dans le même bâtiment où habitait l' anarchiste Errico Malatesta , abrite un buste en bronze de Aldo Eluisi , réalisé en 1945 par le sculpteur Amleto Rossi , “ romain et sculpteur marbrier ” , du quartier de San Lorenzo , ancien Ardito del Popolo et ensuite Partisan.
Le buste fut dévoilé lors d' une commémoration de Aldo Eluisi , " martyr de l' antifascisme " , que fut tenue par le Parti d' action de Rome , le 18 mars 1945 , l' anniversaire de la Commune de Paris , et moins d' un an après le massacre des Fosses Ardéatines , et porte gravée sur son soubassement cette epigraphe : « les Arditi de 1922 / les partisans de 1944 / qui partirent de la Piazza Zanardelli / pour la rescousse des hommes libres / aujourd' hui / à l' aube de la rédemption / commémorent le commandant / qui avait / l' action comme plan / la liberté comme foi ". Pour l' occasion Federico Comandini prononça un vibrant discours.
Encore à Rome , sur le rempart de Piazza Pia , près de la basilique Saint-Pierre , en 1945 fut placée une plaque commémorant trente des victimes romaines de la Résistance appartenant au Parti d'action , y compris Aldo Eluisi.
Beaucoup de gens ont pensé à Aldo dans les années 1970 , lorsque la Cour suprême militaire discutait de la demande de mise en liberté du seul des bourreaux des Fosses Ardéatines qui à cette époque était détenu. Le tribunal est situé dans un palais de la Via degli Acquasparta , dans une petite place qui forme un seul et même espace avec piazza Fiammetta , où habitait Aldo Eluisi.
(Portelli)

Je m' excuse pour mes erreurs dans la traduction en français : si vous voulez communiquer
avec moi pour corrections et/ou commentaires, envoyez-moi un courriel à
andgad@tiscali.it.

Bibliographie :
AA.VV. (1978) Quaderni della Resistenza laziale, n. 8. Regione Lazio, Stilgraf, Roma.
ASCARELLI Attilio (1965) Le Fosse Ardeatine. Canesi, Roma.
BALSAMINI Luigi (2002) Gli Arditi del Popolo. Galzerano Editore, Casalvelino Scalo (SA)
CORVISIERI Silverio (2005) Bandiera rossa nella resistenza romana. Odradek, Roma.
D'AGUANNO Claudio (2004) Un magma resistente. www.fisicamente.net
lien
FRANCESCANGELI Eros (2000) Arditi del Popolo. Odradek, Roma.
GENTILI Valerio (2009) La legione romana degli Arditi del Popolo. Purple Press, Roma.
GENTILI Valerio (2010) Roma combattente. Dal "biennio rosso" agli Arditi del Popolo. Castelvecchi, Roma.
GRELLA Pasquale (1987) Appunti per la storia del movimento anarchico romano dalle origini al 1946. De Vittoria, Roma
Info.Shop "laTalpa" (2014) Storie da una Roma sovversiva - 11 settembre 1926: L'attentato al duce. 11 set 2014
link
LIPAROTO Andrea (2004) Gli Arditi del Popolo. Patria Indipendente, 23 maggio 2004, pagg. 26-28.
PORTELLI Alessandro (2012) L'ordine è già stato eseguito. Feltrinelli, Milano.
ROSSI Marco (2007) Una storia romana: gli Arditi del Popolo. Incontro: “Due giorni contro i Fascismi”, Roma, 4-5 maggio
lien
S.A. (1921) La "giornata proletaria" a Roma. La Stampa, 7 luglio.
S.A. (1923) Un ferimento per ... procura. Il Risveglio - Italian Weekly Newspaper. Dunkirk, NY, USA, 4 agosto
lien
SPRIANO Paolo (1967) Storia del Partito Comunista Italiano. 1. Da Bordiga a Gramsci, Giulio Einaudi editore, Torino.
TROISIO Armando (2014) Roma sotto il terrore nazista. Castelvecchi.
ZANI Luciano (1975) Italia Libera. Il primo movimento antifascista clandestino (1923-1925). Laterza, Roma-Bari.

Sites web visités :
ANFIM - Associazione nazionale famiglie italiane martiri caduti per la libertà della patria lien
ANPI - Donne e Uomini della Resistenza lien
ANPI - Fosse Ardeatine
lien
BFS - Biblioteca Franco Serantini - busto di Aldo Eluisi
lien
BFS - Biblioteca Franco Serantini - lapide di piazza Pia
lien
Circle Giustizia e Libertà - Roma
lien
Dictionnaire des militants anarchistes - article " Aldo Eluisi "
lien
Mausolée des Fosses Ardeatines
lien
Presidenza della Repubblica - motivation de la médaille militaire d' ore
lien
Resistenzaitaliana.it
lien
Wikipedia - article " Aldo Eluisi " (en italien)
lien
Sobre la anarquía y otros temas - Romeo Frezzi (vida y obra) 14 agosto 2018 (en espagnol)
lien

page créée le : 27 juillet 2016 et mise à jour le : 9 janvier 2021