Giordano BRUNO (1548-1600)

SONNET EN ÉLOGE DE L'ÂNE
O sainte ânerie, sainte ignorance,
Sainte stupidité et pieuse dévotion,
Tu seule peux faire les âmes si bonnes,
Qu'esprit humain et étude ne le dépasse pas ;
N'atteint pas la fatigante veille
D'art n'importe quelle, ou invention,
Ni des savants la contemplation
Au ciel où t'édifies ton place.
À quoi sert, oh curieux, étudier,
Vouloir savoir ce que la nature fait,
Si les astres sont terre, feu et mer ?
La sainte ânerie ne s'occupe pas de ça;
Mais les mains jointes et à genoux veut rester,
En attendant de Dieu sa fortune.
Aucune chose dure,
Sauf le fruit de l'éternel repos,
Que nous donnera Dieu après les obsèques.

d'après : "Cabala del cavallo pegaseo". Texte original d'après : http://www.filosofico.net/pegaseo.htm
Traduction : Andrea Gaddini
Je m'excuse por mes erreurs dans la traduction en français : si vous voulez
communiquer avec moi pour corrections et/ou commentaires,
clickez ici

     page créée le : 18 novembre 2007 et mise à jour le : 13 février 2017